News : Technique de pulvérisation

  • Par garsdh
  • Le 25/12/2013
  • Commentaires (2)

Les pulvérisateurs bénéficient de nombreuses innovations depuis plusieurs années. La prise en compte des enjeux environnementaux et économiques ont amené les utilisateurs à améliorer leurs pratiques liées aux pesticides. Les porte-buses à commandes pneumatiques sont un bel exemple d’adaptabilité aux contraintes de ces chantiers exigeants. Le changement d’un calibre de buse en cours d’application adapte la pression désirée en fonction du spectre de taille de goutte optimale. On améliore considérablement la plage de vitesse possible ou de volume /ha pulvérisé. Même si tous les constructeurs et busiers proposent des solutions pour améliorer la micronisation et donc la couverture du traitement, il est souvent difficile de lutter contre les limites de dérive et d’évaporation.

L’utilisation d’une rampe d’assistance d’air permet d’améliorer nettement le nombre d’impacts /cm² sur la cible. Cependant, on garde les limites de l’utilisation de buses calibrées dont la VMD (Volume Median Diameter : http://www.nozal.fr/info-concessionnaire-247/micronisation.html ) est dépendante directement de la pression d’utilisation. Le respect de ce paramètre limite donc également la plage de vitesse et de volume /ha utilisé.

Il n’est pas facile de faire un choix d’équipement polyvalent qui combine un effet couvrant garanti et une limite de dérive efficace. Ces deux objectifs principaux sont annoncés bien souvent comme contraires, obligeant les utilisateurs à viser des fenêtres d’interventions plutôt rares. Un constructeur de pulvérisateurs propose pourtant une solution pour limiter la dérive (75% de réduction) en complément d’une couverture assurée (>400 impacts/cm²). Le procédé breveté repose sur le principe d’atomiseur, adapté à un pulvérisateur à rampe. Le jet de chaque buse n’est plus seulement projeté mais bien porté par un flux d’air.

Des orifices calibrés d’une simple section ronde amènent le produit jusqu’ aux buses (espacées d’une vingtaine de cm) traversées par un flux d’air. Le secret du principe repose dans la dissociation de la circulation de bouillie et du flux pneumatique. La pulvérisation devient possible de 20 à plus de 100 L/ha sans incidence sur le spectre puisque la taille de goutte est contrôlée uniquement par régulation du flux d’air. La VMD du brouillard produit est proche de 100 µm alors que les buses classiques avoisinent les 200 µm au minimum. Un autre avantage de ce procédé est l’utilisation d’un seul type de buse pour tous les réglages, que l’on souhaite modifier notre vitesse de travail, notre volume de bouillie ou notre VMD. L’ajustement des pressions dans les deux circuits nécessite un tableau conseil fournit par le constructeur afin d’assister l’utilisateur. Même si les réglages nécessitent une adaptation de la part des habitués des pulvérisateurs à rampe à jet projeté, ce système innovant garanti une efficacité au dessus et à l’intérieur de la végétation cible. En dépassant les 100 imp/cm² à l’intérieur d’un feuillage, les traitements fongiques et les herbicides sur végétation dense sont sécurisés.

Etant donné que le débit des buses n’est plus dépendant de la taille des gouttes, des traitements à 40-60 L/ha sont possibles à des vitesses de 6-7 km/h. Pour une même plage d’utilisation les autres pulvérisateurs nécessitent de dépasser les 12 km/h ou contraignent à l’utilisation de buses de petits calibres (01, 015, 02) sensibles aux bouchages et exigeantes en maintenance. L’usure des buses hydrauliques du système innovant n’a également pas d’incidence directe sur la qualité de répartition ou le spectre de taille de goutte. L’assistance du circuit pneumatique permet un rinçage à l’air qui propulse les volumes résiduels après rinçage jusqu’aux buses. Il n’y a donc plus de volume mort dans les tuyauteries (jusqu’à 2L/m de rampe sur rampe classique) et l’incorporation de l’eau de rinçage porte la dilution de bouille à un facteur 22 (Exigence de dilution x10 selon la loi).

Ce constructeur n’est pas distribué en France mais reste l’unique à communiquer aujourd’hui sur l’application d’une réduction de dose jusqu’à 50%. Pour cela on retrouve dans un même document les recommandations de volume/ha, de pression hydraulique et pneumatique et de taux de réduction de dose de produit phytosanitaire selon sa fonction et son mode d’action. Pour preuve, sur 1200 machines en service, seulement 2% des utilisateurs ne réduisent pas leurs doses de pesticides. Le constructeur conseille avant tout de toujours respecter le moment le plus propice à la réussite d’un traitement en veillant à une température, une hygrométrie et une vitesse de vent adéquate. C’est bien ce discours le plus sage. Pour vous, la réduction de volume de bouillie va-t-elle de paire avec la réduction de dose ? Considérez-vous toujours les conditions de traitement prioritaires aux paramètres du pulvérisateur ?

Commentaires (2)

1. max 25/12/2013

très intéressant, qui est le producteur de l appareil?

2. Julien HERAULT (site web) 24/02/2014

Il s'agit du constructeur danois Danfoil qui présentait sa gamme au dernier Agritechnica.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau